Les Gens d'ici...et d'ailleurs : Patrick Gaumer

Publié le par Alain et Hervé

PARIS LA CHAPELLE

Vous avez peut-être lu le début de l'article  "Les Gens d'ici...et d'ailleurs" sur le blog de Torcy Evangile. Nous vous proposons la suite de ce premier épisode auquel quatre autres succèderont dans les semaines suivantes.

LES GENS D’ICI ET D'AILLEURS.
 
Dans notre village, autour de la place Torcy, vivent beaucoup de gens qui ont des choses intéressantes à dire. Il y a les natifs du village - les indigènes – et puis ceux qui, venus d’à-côté ou de très loin, ont  posé là leurs valises. Ils font ou ont fait, vivent ou ont vécu, des choses qui, sortant souvent de l’ordinaire, nous enrichissent le regard sur le monde et nous permettent de le voir un peu différemment. A commencer par notre environnement quotidien. La vie du quartier ne s’y réduit certes pas mais c’est aussi une de ses dimensions que celle de ces gens qui la partagent et la construisent.
Nous avons donc choisi d’aller à leur rencontre et de vous conter, au fil des semaines à venir, leurs histoires et leurs regards sur leur lieu de vie.
Nous commencerons cette série avec des gens qui ont comme caractéristiques d’être des créateurs et qui, de ce fait, ont certainement des approches singulières et sensibles de ce quartier : gens de théâtre et de cinéma, auteurs, … Ils sont nombreux dans le quartier et même dans la résidence, et un jour nous nous pencherons sur ce phénomène sociologique. Mais en attendant, écoutons les.
Première rencontre
Nous débutons par un entretien avec Patrick GAUMER, LE spécialiste français de la Bande Dessinée, qui vient de publier l’ouvrage de référence qu’est le « Larousse de la Bande Dessinée »,
véritable somme sur le 9e Art.
 
Il a publié plusieurs autres ouvrages importants consacrés à tous les aspects de la BD. Comme journaliste, il travaille pour de nombreuses revues. Expert, il organise des expositions, anime des conférences et participe régulièrement à des missions à l’étranger. Nous lui avons donc rendu visite … et cela a été notre premier plaisir. Un appartement où les livres - beaucoup de BD – recouvrent les murs, presque tous, du sol au plafond. Le rêve des amoureux des livres : on respire de l’oxygène enrichi.
1. Tombé dans les livres...

Je suis un petit gamin qui a grandi à la campagne. Je suis né en 1957, dans une famille relativement modeste dans laquelle on ne manquait cependant de rien. On mangeait à notre faim. C’était une époque où l’on allait chercher l’eau à la pompe … Ca paraît comme ça un autre siècle mais on était au milieu des années 50. J’avais un grand-père qui a énormément compté pour moi. Il avait été mineur de fond . Il était à la retraite. Il m’a fait aimer le livre, tous les livres. Comme on n’avait pas beaucoup de moyens, c’était surtout des livres de poche. Il avait beaucoup de livres d’histoire, c’était sa grande passion. C’est à cette époque que j’ai découvert ce que l’on appelait les illustrés car on ne devait pas appeler ça des bandes dessinées, des BD. On trouvait cela aussi dans la presse, les quotidiens, les hebdomadaires.

Chez moi c’était dans Ouest-France et je me souviens de Lariflette, dessiné par Laborde. Et puis dans Femmes d’Aujourd’hui que lisait ma maman. Pendant les récrés, on s’échangeait les petits formats à pas cher. Il y avait une cote d’échange : deux sans couverture contre un avec couverture.

 

 Ces illustrés c’était Blek le Roc, Battler Britton, des histoires de guerre … Ce genre de petits fascicules généralement imprimés sur un mauvais papier … une sorte de pré-mangas, même si les mangas ont un autre esprit.

C’était le plaisir du feuilleton. Comme nous n’avions pas la possibilité de voyager à travers le monde –  c’était l’époque qui voulait ça – nous voyagions à travers les personnages de papier. Il y avait d’ailleurs aussi ceux des romans populaires, les Bob Morane …

Gamin, même sans me comparer à un certain Gaulois tombé dans la marmite, j’étais quelqu’un de pas très enveloppé et un peu introverti - ce qui est amusant quand je vois le métier que je fais maintenant - et ne faisais pas de sport. J’étais toujours un peu en retrait et je me réfugiais véritablement dans la lecture. J’étais un boulimique de lecture.

Et c’est ainsi qu’a commencé ma passion : de la lecture en général, de la BD dont j’ai fait mon métier mais aussi de la science-fiction dont c’était les vrais débuts. J’adorais, et adore toujours la SF, d’ailleurs tout ce qu’on appelle la para-littérature : le polar, le fantastique, le roman d’aventure, etc. Je lisais énormément, jusqu’à trois romans par jour ; c’était vraiment boulimique et encore le mot est faible !

A suivre...

Alain et Hervé mardi 10 janvier 2006

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article